• 905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

     

     C'était en 2018 ! 

    [Pour donner une idée de ce qu'est le Chemin aux futurs marcheurs !]

    La Suite.. 16 jours après le départ de Sainte Anne d'Auray (56) 

    898 - Suite1 de - Notre Chemin vers St Jacques, son récit et ses anecdotes - !

     

    18 avril 2018 - Après une bonne nuit à St Georges de Montaigu nous petit-déjeunons tout en discutant avec notre hospitalière, puis nous prenons congé et dirigeons nos pas en direction de St Fulgent près du Puy du Fou. À l’heure du déjeuner, nous pique-niquons sur les bords de la retenue d’eau de la Bultière.

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Il fait beau et l’on se prend en selfie, histoire de marquer cet instant apaisant. Il ne faut pas forcément grand-chose sur le Chemin pour être contents. N’ayant pour seul bien que ce que nous portons, on se sent léger, sans même avoir à se préoccuper du lendemain puisque JF a tout programmé à l’avance. Il nous faut juste marcher pour aller d’un point à un autre !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Après nos 19km680 nous arrivons à destination et commençons par nous désaltérer à la terrasse d’un café, face à la mairie de St Fulgent. Nous n’aurons rencontré âme qui vive pendant cette journée pour échanger éventuellement quelques anecdotes, mais nous nous rattraperons le soir même.

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Après notre petite pause indispensable, nous nous dirigeons vers notre bivouac du soir et, quel bivouac encore ! Nous arrivons dans une grande maison familiale qui vient juste d’ouvrir. Tenue par un jeune couple plein d’ambitions, nous sommes sous le charme de cet ensemble qu’ils sont en train de rénover. Leur cursus scolaire étant dans la restauration, Laure et Nicolas se sont rencontrés en Haute-Savoie en 2012. Elle, travaillait dans un établissement 5 étoiles à Clusaz. Lui, était responsable d’un restaurant à Annecy. Leur fil conducteur : accueillir les hôtes « dans cet esprit des grands hôtels tout en gardant ce fameux coté familial qui fait le charme des maisons d’hôtes ».

    Photo du Site "L'arbre d'Alaïs"  

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !  

    Nous tombons sous celui-ci dès le seuil de notre chambre franchi car elle est très romantique. Curieusement nous ne ferons aucune photo ni de l’endroit ni de la chambre, ce qui est un oubli impardonnable, mais heureusement qu’Internet est là !

    Photo du Site 

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Après s’être installés, s’être relookés et reposés, nous sommes fin prêts pour aller dîner. Nous sommes seuls dans la jolie pièce réservée à cet effet et, non seulement le repas sera succulent mais nous aurons droit à l’accompagnement du couple à chaque changement d’assiettes, ce qui nous permettra de connaître leur parcours et les idées qu’ils ont pour améliorer leur domaine. Nous espérons évidemment que le Covid19 et ce qui s’en suit, n’aura pas raison de leur entreprise ! Nous repartirons de ce lieu avec une impression nette de « revenez-y » ! 

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Le lendemain 19 avril, après un excellent petit-déjeuner nous retrouvons notre Chemin et quittons St Fulgent en direction de Mouchamps. Après avoir fait quelques courses au passage dans l’alimentation de Vendrennes, nous poursuivons nos kilomètres et arrivons au niveau du Château du Parc Soubise où un massacre et un incendie eurent lieu pendant la Révolution, en 1794. Le Château est privé et ne se visite pas mais nous y ferons une pause-photos de l’autre côté du petit lac.

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- ! 

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Un peu plus loin,  nous pique-niquons à l’ombre d’une grande croix, n’ayant rien trouvé pour s’assoir comme c’est souvent le cas sur le Chemin. D’ailleurs, notre devise personnelle découlera de cette constatation : « Tu as voulu être pèlerin, alors marche ! » Hi hi !  

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Notre étape cette fois-ci ne sera pas bien longue, notre bivouac du soir se trouvant à 12km080 du précédent. En revanche, cette nouvelle pause pour une nuit nous marquera beaucoup. Nous arrivons donc au Château de la Bonnière à Mouchamps où nous sommes accueillis par la maîtresse des lieux avec des rafraîchissements de bienvenue, avant de monter à la chambre  immense et dont la fenêtre donne sur les jardins que nous irons voir ensuite...

    Clic 

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- ! 

    Clic  

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Françoise, notre châtelaine nous préviendra, avant de faire la connaissance de  son mari Gilles de la Droitière, que celui-ci est  hémiplégique  suite à un AVC qu’il a eu sur le Chemin de Compostelle en 2013, au niveau de la Puenta la Reina en Espagne. Se sentant en forme, il ne s’est pas arrêté à l’une de ses étapes et il a poursuivi son Chemin très accidenté à ce niveau et donc difficile et fatiguant. Il sera transporté à l’hôpital de Pampelune et y restera un certain temps avant de pouvoir rentrer chez lui.

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Nous faisons connaissance avec notre châtelain et hospitalier au cours de l’apéritif puis nous continuerons à le découvrir pendant le dîner. Paralysé d’un côté, il nous raconte comment depuis son AVC, il a pu reprendre le Chemin malgré son handicap. Faisant partie de l’Association « Compostelle 2000 » depuis 2017, après avoir attendu 2 ans sur la liste d’attente, il est donc parti du Mont Saint Michel avec l’aide de cette Association, dont l’une des vocations est d’encadrer les personnes handicapées sur les Chemins. Depuis, il a continué avec elle jusqu’à Clisson et prévoit de faire en juillet, la portion Clisson-Royan (clic). Comment est-ce possible alors que notre hôte est hémiplégique ? C’est toute la force de l’Association qui possède des « Joëlettes » (clic) et plusieurs équipes pour entourer ces dernières. Car bien sûr, ce n’est pas à pied que notre hôte peut continuer son pèlerinage, mais assis dans l’une d’entre elles.

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- ! 

    Voici un article sur l’histoire de Gilles de la Droitière dans le Magazine « Le Pèlerin » (clic) écrit par Gaëlle de la Brosse, spécialiste des Chemins de Compostelle et conférencière et… une amie de longue date puisque nous nous sommes connus alors que nous n’avions pas 20 ans. Nous la retrouverons lors d’une conférence qu’elle donnait dans le cadre de l’Association bretonne des Amis de St Jacques. Dans l’histoire de la famille de la Droitière, il y a également cet ancêtre : Serge de la Droitière (clic), Lieutenant de Vaisseau et pilote de dirigeable, qui décèdera à 29 ans dans le crash du Dixmude le 21 décembre 1923 alors qu’il effectuait une mission à bord.

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Ce bon dîner très convivial et instructif nous laissera un souvenir particulier qui reviendra à la mémoire de JF lorsqu’il se sentira à bout de souffle lors de notre deuxième tentative ! À suivre...

     

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

     

    Clic sur la carte pour l'agrandir 

    905 - Suite8 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !

    Cumul : après 18 jours de marche = 331km770

    Claire-Cerise  

    903 - Suite6 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- ! 

     

    « 904 - Suite7 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- !906 - Suite9 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- »

  • Commentaires

    29
    Mardi 15 Décembre 2020 à 12:36

    Bonjour Claire-Cerise,

    Un jour de soleil, c'est un petit bonheur qui ne peut faire que du bien au corps et au moral !  J'adore dormir dans de vieilles maisons ou châteaux. ça craque, ça sent bon le bois, ça vit !!! De belles rencontres qui vous marquent peut-être à jamais et c'est super. Je vais voir de ce pas la suite. Bisous charentais. marie

    28
    Lundi 14 Décembre 2020 à 00:04

    Coucou Claire-Cerise .

    Je viens de lire deux épisodes de votre Chemin .

    Toujours très intéressant à lire . C'est comme un roman feuilleton et je vais attendre le prochain épisode pour connaitre la suite de vos aventures !

    Merci Claire-Cerise . Bonne semaine .

    Gros bisous .

      • Mardi 15 Décembre 2020 à 00:22

        Coucou Marie, Contente que tu lises mon récit comme un roman.. c'est l'aventure presque tous les jours sur le Chemin ! Le prochain épisode est programmé pour mardi prochain et le suivant est également prêt et programmé. Je continue à écrire pour programmer le plus possible car je ne pourrai pas pendant les vacances de Noël ! Merci et GBizhous ! 

    27
    Samedi 12 Décembre 2020 à 17:48

    bonsoir Claire , merci pour ce partage de photos et paysages et lacs ... et +++  !  magnifiques  et vos souvenirs ! et vos amis et les rencontres et +++  ,   merci passez une belle fin de weekend  bisous  a+

     

      • Dimanche 13 Décembre 2020 à 17:44

        Bonsoir Bébert, Nous partageons très volontiers, comme tu sais très bien le faire aussi, hi hi !! Nous rencontrons des gens remarquables que nous découvrons au fil des jours, nous ne les connaissons pas du tout, donc ce ne sont pas des amis mais de jolies rencontres en général. Merci de ton passage Bébert et GBizhous !

    26
    Marif
    Vendredi 11 Décembre 2020 à 16:00

    Un Grand Bonjour à tous les Deux.

    C'est vraiment passionnant de vous suivre!

    On apprend énormément de belles choses!

    Je vous embrasse en espérant se revoir un JOUR !?!

    Marif

      • Vendredi 11 Décembre 2020 à 22:48

        Bonsoir Marie-France, Merci de trouver notre Chemin passionnant ! C'est vrai qu'il nous a permis de découvrir des personnes et des lieux intéressants. Ce parcours atypique faisait que chaque jour était une aventure et c'est sans doute cela aussi qui pousse à y revenir ! .. À bientôt Marie-France, bien sûr que l'on va se revoir, même si la situation parait absurde à force d'attendre et dans une impasse apparente !! Nous vous embrassons tous les deux ! C&JF

    25
    Capucine 66
    Mercredi 9 Décembre 2020 à 19:40
    Coucou me voici sur le chemin en ta compagnie..et je vois que tu fais de belles rencontres..merci on en a,tant rêvé..bonne soirée Yvette..
      • Mercredi 9 Décembre 2020 à 19:47

        Coucou Yvette, Puisque vous en avez tant rêvé tous les deux, alors vous allez nous suivre virtuellement, ce sera déjà ça ! Mais la fin ne sera pas ce que tu attends malheureusement. Bonne soirée et GBizhous !

    24
    Mercredi 9 Décembre 2020 à 12:17
    VéroniqueBM

    de magnifiques lieux et de belles chambres pour se ressourcer ! bises

      • Mercredi 9 Décembre 2020 à 15:21

        Coucou Véro, Oui nous avions de quoi occuper nos fins de journées entre visites et échanges ! GBizhous !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    23
    Mercredi 9 Décembre 2020 à 11:39

    C'était le 10 Avril 2001... j'étais parti de Dijon le 8 Avril... c'était donc ma 2ème étape. J'ai eu des averses de neige jusqu'au Puy-en-Velay ! Soit vers le 20 Avril. Quelle idée j'ai eu, de partir si tôt !!! Quant à mon parapluie... il n'y avait pas de système pour l'accrocher au sac à ce moment-là... et, de toute façon, comme c'est un grand parapluie ( De golfe )... je le portais à la main, car j'ai trouvé tout en avançant sur mon premier parcours, des fonctions multiples ( Qui ne peuvent pas exister avec ceux qu'on accroche au sac ) ...comme : De bâton et de bouclier de défense contre 3 énormes chiens en montant des Gorges de la Loire... ( et bien d'autres après...) le bâton télescopique m'a servi d'arme pour taper sur la tête du premier... le chef, je pense... car ils sont retournés tous les 3 dans leur ferme, la queue entre les pattes... de coupe-vent dans l'Aubrac, un vent terrible du Nord avec - 5°... le lendemaine il a neigé dans cet endroit ( 20 cm )... --- et lors d'averses de grêlons... de pluie diluvienne... --- contre la fournaise dans des sierras en Espagne, il me servait de parasol... pour mes pauses repas --- il m'a servi aussi certains matins très tôt en Espagne, juste à l'aube, quand le chemin longeait de grosses routes Nationales où roulaient des multitudes de poids lourds... en l'ouvrant, j'avais remarqué qu'ils s'écartaient quand je l'ouvrais... tout en me klaxonnant au passage... et en me faisant des signes amicaux... autrement... ils rasaient la partie goudronnée réservée aux piétons et cyclistes... c'était horrible ! --- De mini-tente lors de mes bivouacs... pour couper le vent frais de la nuit...en Espagne, sur les plateaux, il fait 40° le jour... et la nuit, guère plus de 5° ! ...... et j'en oublie des fonctions... Tiens ! Comme de 2ème bâton de marche pour traverser des torrents sur des roches... J'avais mis un article dans mes Catégories que j'avais nommé : Pour ou contre porter un grand parapluie pour de longues marches ! Bien sûr... l'utilisation n'est pas à la portée de tous... c'est une vraie formation sur le terrain...un véritable apprentissage... comme, comment tenir ce fameux parapluie pour lutter contre des vents violents par exemple. Et...pour finir... quand on a ni besoin de son bâton télescopique ni du parapluie... je les mettais souvent entre les 2 anses du sac à dos devant moi... et je mettais mes bras dessus... ce qui t'oblige à marcher bien droit et soulage la circulation du sang dans les mains... J'en ai écrit une poésie, sur ce fameux grand Parapluie ! Pour moi, c'était un ami de marche...et, celui-là, il ne me saoûlait pas de paroles pendant la marche ! Hi hi hi ... 

    Quant aux gendarmes espagnols... je l'ai écrit maintes fois dans mon blog... Si un jour vous avez le moindre problème sur votre chemin en Espagne... contactez-les ! Ils ont l'ordre de protéger tous les pèlerins... du fait que c'est un tourisme pédestre qui est lucratif pour l'Espagne... car, les pèlerins sont consommateurs sur leurs chemins. Des villages totalement en ruines, on refaient naissance depuis le regain de ce pèlerinage vers Compostelle ! Faut le savoir ! Ils font vivre des tas de commerces...bars...hôtels et accueils chez l'habitant ! Et en plus, il sont très sympa avec les pèlerins, car souvent, ils ont eux aussi fait un chemin de Compostelle... ce sont de très grands marcheurs les espagnols ! 

    Bonne journée Claire-Cerise ! Gilbert.

      • Mercredi 9 Décembre 2020 à 15:18

        Re-Re l'Ami Gilbert, Nous avons eu affaire aux Gendarmes espagnols mais lorsque nous visitions le Nord de l'Espagne en .. CCar !! Ils faisaient un contrôle. Cela a pris du temps mais ils étaient sympathiques et nous avons bien bavardé avec l'un d'entre eux qui nous ventait tout ce qu'il y avait à voir dans son pays ! .. Ton parapluie me semble qd-même bien encombrant. Nos capes de pluie nous ont énormément servi et si nous repartons terminer notre Chemin un jour, je pense qu'elles feront partie de notre nouvelle échappée, car nous partirons sans doute mi-mai ou en septembre ! Belle après-midi l'Ami !

    22
    Mercredi 9 Décembre 2020 à 08:38

     Bonjour d’Angers,
    Voyage toujours aussi palpitant … j’adorrre !
    De magnifiques paysages en de très belles photos ...
    Bonne journée … Amicalement … Claude ...

      • Mercredi 9 Décembre 2020 à 10:06

        Bonjour Claude, Alors si tu es toujours content de nous suivre à travers ces anecdotes et nos photos, alors nous sommes contents aussi  smile !! Et comme on en a pour un moment, on va prendre plaisir ensemble !! Merci Claude et Bonne journée aussi ! GBizhous !

    21
    Mardi 8 Décembre 2020 à 16:14

    Et en plus Claire-Cerise... que j'ai oublié de noter dans mon com... c'est que pendant qu'il pleuvait des seaux d'eau...J'étais debout pendant près de 10 mn sous mon parapluie... à côté de la voiture...après une vingtaine de km à pied sous la neige et la pluie, un repas debout sous une roche... et un déluge... pendant que mes 2 gendarmes, confortablement assis dans leur voiture, bien au sec... faisait des recherches dans un ordi... j'avais eu à ce moment-là l'impression d'être un terroriste en fuite, en effet ! Quelle sale journée ! C'est pas toujours la joie sur les Chemins, faut pas croire.  Par contre, sur le Chemin du Levant, depuis Valencia, j'avais réservé dans un Hôtel pour la fin de mon étape... et, mon Guide de pèlerin m'avait complètement planté, c'était le 1er Guide français sorti sur ce Chemin... du coup, je m'étais lamentablement planté dans des montagnes... et, ne voyant plus de balisages, j'avais  décidé de revenir sur mes pas... j'ai rencontré alors un vieil espagnol, qui m'avait remis sur le bon chemin en m'accompagnant pendant 2 km... et du coup, j'ai appelé l'Hôtel pour m'excuser du retard en lui expliquant la cause... No problema !  m'avait-t'il dit... au Bar, il y avait 1 gendarme et 1 gendarmette qui buvaient un café, et le patron leur a expliqué mon aventure... L'orage de mon côté arrivait au galop... je marchais au moins à 6 km à l'heure... quand tout à coup... sur le camino, j'ai vu arriver les 2 gendarmes à ma rencontre.. cela espagnols...  j'ai vite chargé mon sac à dos dans le coffre... le temps de monter dans la voiture et de prendre la direction de l'Hôtel... l'Orage a éclaté ! Comme quoi... les gendarmes espagnols sont plus sympa avec les pèlerins... même étrangers ! LOL ! Gilbert

    PS : J'avais écrit à l'auteur du Guide pour lui signaler gentiment, sans me fâcher... l'erreur sur son Guide de pèlerin...pour qu'il corrige son texte... il m'avait répondu : Et oui mon cher Gilbert... ça c'est la part de l'Aventure sur un chemin de Compostelle !  Et même pas Merci ! 

      • Mardi 8 Décembre 2020 à 17:05

        Re l'Ami Gilbert, Eh bien en effet quelle aventure ! Mais c'était à quelle période pour avoir eu de la neige ? C'est peut-être ton parapluie qui a mis la puce à l'oreille des gendarmes français, hi hi !! Perso on n'en a vu aucun sur nos 1344km ! Tu l'accroches où sur ton sac ? Les gendarmes espagnols seraient tenus de venir en aide aux pèlerins.. ce serait l'une de leurs fonctions.. à vérifier ! .. Celui qui a fait ton Guide est un peu gonflé en effet, hi hi !! 

    20
    Mardi 8 Décembre 2020 à 15:26

    De magnifiques photos et toujours des arrêts bien agréable, chouette.

    je vais t'avouer  !!! quand j'ai Michel je faisais des marches de 8 à 12 km par jour voir jusque 20 km dans le but de faire le chemin le "camino" mais je ne voulais pas le faire seule. Michel étant encore en activité pour 3 ans, j'ai abandonné mon projet , mais toujours un petit regret.
    Maintenant ce serait impossible, Michel n'est absolument pas randonneur et de plus, nous avons notre York.
    Imagine que j'aurai encore ^pu écrire un autre livre !!!!

    biz à vous deux

      • Mardi 8 Décembre 2020 à 16:09

        Coucou Dgidgi, Merci de continuer à prendre plaisir à nous suivre, c'est sympa ! C'est dommage que tu n'aies pas pu faire le Camino. Je t'avoue que je ne l'aurais pas fait seule non plus. Peut-être que vous le ferez par portions si Michel n'aime pas trop marcher. Vous pouvez le commencer 100km avant Santiago, c'est toujours ça et bcp le font à partir de là ! Vous verrez bien dans 3 ans ! Tu arriveras bien à faire garder Louna, hi hi !! Cela te donnerait l'occasion effectivement d'écrire éventuellement un autre livre mais pour cela il faut de la matière et je ne trouve pas qu'il y en ait suffisamment, du moins en ce qui nous concerne. Tu en as sûrement davantage dans vos périples en CCar !! GBizhous !

    19
    Mardi 8 Décembre 2020 à 11:18

    de magnifiques photos une belle histoire de belles rencontres, que se soit au arrêt et au château, belle chambre, 

    bises amicales a vous deux

      • Mardi 8 Décembre 2020 à 15:53

        Coucou Lyly, Nous avions aussi le soleil avec nous, après la pluie en Bretagne cela a fait du bien ! Les rencontres se succèdent, toutes différentes et dans des lieux qui ne se ressemblent pas. Cela aussi est excitant ! GBizhous !

    18
    Mardi 8 Décembre 2020 à 10:08

    Comme ces photos au bord de l'eau avec les rayons du soleil sont belles et apaisantes ! Et oui... ce sacré sac à dos, qu'on trouve souvent un peu lourd... et où il n'y a que le stricte necessaire pour survivre... on oubliant tout le confort de chez soi... on finit par l'apprécier, car c'est grâce à lui que nous pouvons vivre ces formidables aventures sur de très longs chemins à pied ! Et c'est vrai que c'est l'un des soucis de la journée... c'est de trouver de quoi s'asseoir pour la pause repas. Anecdote, à quelques jours de mon départ de Dijon... en arrivant vers Nolay... j'avais faim...il neigeait, et sous une roche et mon parapluie, j'ai fait une pause pour manger un bout... et, j'ai continuer vers Nolay... où là, à l'entrée... je me suis fait contrôler par des gendarmes qui m'ont demander mes papiers ! J'avais la coquille St-Jacques sur mon sac à dos ! Et il pleuvait des cordes ! C'était le 12 Avril 2001 ! Bonne journée à vous deux !

    Gilbert

      • Mardi 8 Décembre 2020 à 12:12

        Bonjour l'Ami Gilbert, Ben oui, tu connais tout ça, Mon sac à dos est plutôt d'un secours pour moi car, lorsque je ne l'ai pas, j'ai mal au dos ! Je dirais même qu'au bout de qq jours, je ne le sens presque plus, sauf au niveau de la tendinite de l'épaule gauche que j'ai ressentie jusqu'en Espagne ! L'important est d'avoir un sac de qualité et bien positionné. Pour cela il faut que les sangles soient bien réglées. On a vu des marcheurs avec des sacs de travers et ça, ce n'est pas bon du tout ! Je dis cela bien sûr pour ceux qui lisent nos coms et qui n'ont jamais porté de sac à dos sur un long parcours. .. Je vois que tu es d'accord pour dire que les endroits pour s'asseoir manquent bcp sur le Chemin. C'est frappant ! .. Ton anecdote est incroyable, je comprends que tu ne l'aies pas oubliée !! Les gendarmes t'ont pris pour un terroriste ou quoi ? hi hi !! N'importe quoi !! De notre côté, sur 1300km nous n'en avons pas vu un seul ! Bizh bretonne !

    17
    Mardi 8 Décembre 2020 à 09:29

    Jolies photos. Le bonheur en marchant. Bisous

      • Mardi 8 Décembre 2020 à 10:06

        Coucou Martine, Tu as tout à fait raison ! Chaque matin on repart de plus belle et ce fut très chouette de traverser la France ainsi ! GBizhous !

    16
    Mardi 8 Décembre 2020 à 09:09
    Claudine/canelle

    Coucou 

    Des rencontres et des étapes très riches ...cela restera des souvenirs inoubliables ..voir même des leçons de vie

    Merci pour ce partage

    Bises

      • Mardi 8 Décembre 2020 à 10:03

        Coucou Claudine, Oui tu as tout à fait saisi le sens de ces rencontres. Il y a des échanges qui ne sont pas liés à l'esprit du pèlerinage et puis il y a ceux qui se font uniquement par rapport au pèlerinage. Je rappelle que les Chemins ne sont pas empruntés que par des pèlerins... je devrais donc parler des marcheurs-pèlerins pour être exact. La motivation qui décide le marcheur-pèlerin à partir vers Compostelle c'est : - Religion : 12% ; - Sport et Aventure : 7% ; - Recherche de sens : 34% ; - Expérience humaine : 28% ; - Découverte : 19%. Les motivations sont donc très variées et pas ce que l'on peut croire de prime abord ! Donc, comme tu le dis très bien, ce sont des rencontres qui peuvent être très riches, qui peuvent être des leçons de vie et qui sont des souvenirs inoubliables !! Merci Claudine et GBizhous !!

    15
    Mardi 8 Décembre 2020 à 08:28

    Et bien dis donc, je vois que vous logez toujours dans des "palaces" pendant votre camino !!! Impressionnant ce château ... On ne peut pas appeler ce lieux un gîte ! Allez, merci pour cette balade, j'ai apprécié et j'attends la suite avec impatience ! Bisous.

      • Mardi 8 Décembre 2020 à 09:14

        Coucou Monique, Oh tu sais c'est loin d'être le cas sur autant de km ! Ce sont des gens qui reçoivent les pèlerins par solidarité et il est agréable de les rencontrer. Maintenant, que la chambre/salle d'eau soit dans un château (l'unique sur 1300km) ou dans une maison, pour nous c'est pareil. Idem pour la maison familiale de St Fulgent (l'unique sur 1300km), sauf que là... nous sommes tombés sur un chef en cuisine mais, à ses débuts puisque nous avons fait partie des premiers clients. De temps en temps, cela ne fait ni de mal, ni de tort ! C'est le choix de chacun ! Tu auras ceux qui vont chercher le moins cher, soit parce qu'ils ne peuvent faire autrement, soit parce que pour eux être pèlerins veut dire le plus "pauvre" possible, ce qui est tout à fait louable mais qui n'est pas obligatoire. Et tu as ceux qui vont à l'hôtel tous les soirs ! Il y a de tout sur le Chemin !! On a voulu le contact tout du long avec des hospitaliers et s'il y a un peu de confort de temps en temps car on n'a plus 20 ans, et bien tant mieux ! Un jour, peut-être que nous mettrons notre gîte à disposition. On y pense.. mais il faut que l'on y fasse des travaux.. il sera alors bien plus confortable que tous les endroits où nous sommes allés ! GBizhous !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :