• 934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

     

    C'était en 2018 ! 

    [Pour donner une idée de ce qu'est le Chemin aux futurs marcheurs !]

    La Suite.. 65 jours après le départ de Sainte Anne d'Auray (56) 

    898 - Suite1 de - Notre Chemin vers St Jacques, son récit et ses anecdotes - ! 

     

    10 juin 2018 - Ce jour-là nous nous levons à 6h30 pour être prêts lorsque le taxi viendra nous chercher à 7h30. Nous sauterons le petit-déjeuner car tout est fermé à cette heure et de toute façon, nous n’avons pas le temps. Le taxi est à l’heure au RDV. Nous ferons une pause au distributeur automatique pour pouvoir le régler une fois arrivés à l’aéroport de Bilbao. En trajet, nous regardons les paysages défiler. 

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Nous n’avons pas le cœur à parler et JF est toujours fiévreux. Nous arrivons à destination deux heures après le départ, après avoir roulé sans encombre sur une autoroute à la circulation plus que fluide puisque c’est dimanche. À 9h30 donc, nous récupérons nos billets au bureau KLM et puis, comme nous avons 3h devant nous avant notre vol prévu à midi, nous allons prendre enfin notre petit déjeuner dans l’aéroport.  

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    À 10h45, nous enregistrons nos sacs et nos bâtons en soute et à 11h15, nous embarquons à bord.

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Nous décollons à 12h05 de Bilbao avec l’espoir de retrouver l’Espagne et notre Chemin le plus rapidement possible, et nous nous posons après deux heures de vol, sur la piste de l’aéroport d’Amsterdam à 14h10 exactement.

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    C’est un vrai jeu de piste ensuite pour trouver notre porte d’embarquement. Une fois là, nous mangeons un hot-dog et apprenons ensuite que notre vol prévu à 16h30 est retardé d’une heure. 

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Nous embarquons dans un bus à 17h. Celui-ci nous conduit jusqu’à notre avion tout au bout du parking. C’est un vieil avion croate que la compagnie Air France sous traite. 

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Visiblement, il y a un problème sur l’avion car plusieurs hommes s’affairent autour de lui. Des techniciens discutent autour de l’aile gauche et JF me montre une plaque qui se soulève juste à la limite de l’aile et de la carlingue.

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Finalement, on nous laisse monter à bord avec personnellement, quelques inquiétudes légitimes et puis nous attendons… plus d’une heure !

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Au bout de ce temps l’équipage nous informe qu’il va falloir redescendre pour reprendre le bus qui va nous ramener à l’aéroport, car notre avion ayant un problème technique, n’est pas en mesure d’assurer son vol ! L’attente ensuite sera interminable et puis finalement, à 20h, le vol est annulé ! Nous apprenons ensuite avec les autres passagers, que nous sommes redirigés sur un autre vol KLM vers Paris CDG, le lendemain lundi à 6h45. On nous embarque tous dans un car en direction de l’hôtel Valk qui se trouve à quelques kilomètres de l’aéroport. Nous sommes donc logés là pour la nuit, après avoir fait la queue à l’entrée de l’hôtel pour faire les dossiers, ce qui nous mènera jusqu’à 23h.  Un  dîner offert est prévu mais comme nous sommes KO, nous allons directement dans notre chambre spacieuse et luxueuse pour nous reposer.

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    JF est brûlant de fièvre, il se couche illico pendant que je vais prendre une bonne douche. Les lits sont très confortables et cela fera un bien fou de dormir dedans, pour JF un peu moins mais la nuit sera réparatrice toutefois pour nous deux.  

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Le lendemain 11 juin, nous nous levons à 4h15. À 5h le bus démarre pour l’aéroport où nous commencerons par attendre avant de passer à la fouille ! JF passe en premier après avoir déposé ses affaires sur un plateau. Je fais de même après lui mais… visiblement le contrôleur ne l’a pas vu et il me fait comprendre qu’il faut que je retire polaire et chaussures. J’essaie de lui faire comprendre que j’ai déjà déposé mes affaires sur un plateau qui avance sur le tapis, mais il ne comprend pas et me fait signe de retourner au début du tapis. Je demande à une hôtesse si elle parle français, négatif. Alors je repars au début du tapis avec un deuxième plateau dans les mains et je rejoins JF après la fouille. Nous cherchons mon premier plateau des yeux et JF l’aperçoit fouillé par le même contrôleur. Je réclame alors mes affaires d’un ton vindicatif et il répond gêné, avoir réclamé le propriétaire sans avoir obtenu de réponse… et pour cause !  Après ce désagrément, nous embarquons à 6h15 et décollons à 6h45.

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Nous retrouvons la Compagnie avec laquelle nous sommes partis de Bilbao et cela nous rassure. Mais nous apprenons au cours du vol qu’une fois arrivés à Paris CDG nous ne prendrons pas un vol pour Rennes mais un bus !!! Les ennuis reprennent dès notre arrivée dans l’aéroport car nos bagages ne sont pas là ! Il faut maintenant établir des dossiers de bagages manquants...  (On ne sait pas pourquoi, mais l’hôtesse mettra ce dossier sous mon nom de jeune fille si bien que,  lorsque quelques jours plus tard, le livreur demandera auprès de notre voisin d’en face où habite Mme D, le voisin dira qu’il ne connait pas et les sacs repartiront à l’entrepôt ! Le livreur appellera  JF  le soir même et tout rentrera dans l’ordre le lendemain. Les bâtons quant à eux, arriveront le surlendemain !) ...Puis c’est de nouveau un jeu de piste dans l’aéroport pour récupérer les bons de transport !

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Après avoir attendu notre bus, nous voilà sur le périphérique parisien côté Est. Le trafic n’est pas fluide et nous subissons les bouchons ! Nous poussons un « ouf » de soulagement lorsque nous entrons sur l’autoroute.

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    JF se lève pour demander au chauffeur l’heure à laquelle il prévoit l’arrivée à Rennes car nous devons prévenir l’Assurance pour qu’un taxi vienne nous chercher. Le chauffeur répond à JF qu’il va falloir d’abord qu’il s’arrête ¾ d’heure pour faire sa pause obligatoire. Ce qu’il fera quelques kilomètres plus tard au niveau du Mans à 12h45. Tout le monde descend du bus pour se ravitailler car nous avons tous faim ! Une énorme averse orageuse tombe juste à ce moment là et tout le monde remonte dans le bus complètement trempé mais avec de quoi manger.

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Nous repartons à 13h30 et tombons dans un bouchon qui s’est formé à cause de travaux sur la chaussée. Avec du retard nous finissons par arriver à l’aéroport de Rennes à 16h05 où notre taxi nous attend, comme il nous l’avait annoncé au téléphone quelques minutes auparavant. Il prend immédiatement la N12 en direction de St Brieuc-Brest sous un ciel exécrable et là, je ne peux vous raconter notre voyage en taxi car nous nous endormons comme une masse pour ne nous réveiller qu’à hauteur de Guingamp. A 18h40, nous arrivons chez nous où notre fille Hermine nous attend !

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Le jardin est beau et tondu et un joli bouquet d’arums décore le salon ! Hermine nous conduit aux Urgences à 19h30 où nous retrouvons Florent, notre aîné qui est venu nous y rejoindre. Verdict : 40° de fièvre et un abcès qui n’est pas trop vilain pour avoir mariné deux jours ! Nous laissons JF à l’hôpital. À 23h il est transféré dans un autre bâtiment où il passera une mauvaise nuit et aura 39,8° de fièvre au réveil. JF restera à l’Hôpital pendant 5 jours. Lorsque je vais le rechercher, je le découvre avec le visage brûlé par une crème qu’un infirmier lui avait proposé la veille pour soulager de légères irritations. Au lieu de cela, JF a fait une allergie à l’un des composants et le voilà brûlé au second degré !! Quant à sa fièvre, personne ne saura dire de quoi il en retourne. En tout cas, toute crainte de septicémie est écartée !

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    À ce stade de notre histoire, comme je le mets dans certains articles publiés à l’époque sur mon blog, nous espérons retourner rapidement en Espagne, c'est-à-dire en octobre 2018, mais en fait, rien ne se passera comme nous l’espérions.

    Fin juillet 2018 : La plaie au mollet ne cicatrisant pas, JF consulte en Dermatologie : Incision à vif de la lésion puis méchage. Il faudra ensuite attendre 2 à 3 mois avant d’envisager une exérèse. Fin novembre 2018 : Prélèvements au niveau du mollet. Début décembre 2018 : Les résultats des analyses effectuées à Strasbourg nous apprennent que ce n’est pas un abcès classique mais une tumeur cancéreuse rare (Hidradénocarcinome) qui ne migre pas. Il faut éliminer par chirurgie les cellules atteintes. Prélèvement en couronne à 1 cm de la plaie existante. Son analyse permettra de déterminer les limites de l’intervention à venir pour éliminer les cellules atteintes. Mi-décembre 2018 : Confirmation que les cellules atteintes sont bien localisées au centre du prélèvement. Il n’y a pas besoin de faire un nouveau prélèvement pour élargir la zone. Le mercredi 16 janvier 2019 : Exérèse de la totalité de la partie atteinte. Vendredi 15 février 2019 : Greffe de peauDiminution instantanée de la douleur, intense depuis l’exérèse - interdiction de marcher. Après plusieurs consultations précédentes, Lundi 9 septembre 2019 : Consultation en Dermatologie. La partie non cicatrisée n'inquiète pas. Aucune contre-indication pour un départ début octobre sur le Camino. 

    Nous repartons donc sur le Chemin en octobre 2019, après avoir fait plusieurs marches d’entraînement quelques semaines avant. À suivre… 

     

    910 - Suite13 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

     

     Clic pour agrandir  

    934 - Suite35 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

     

    Claire-Cerise   

    910 - Suite13 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- 

     

    « 933 - Suite34 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-935 - Suite36 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- »

  • Commentaires

    25
    Lundi 12 Juillet à 15:42

    Coucou Claire,
    Eh bien, on peut dire que ce moment aura été épique !
    Entre les soucis d'avion, de transport, les retards et les sérieux ennuis concernant JF, cela n'a pas du être un très bon moment. 
    Vous êtes sacrément tenaces pour être repartis ensuite ;-)
    Un grand bravo de mener à bien votre rêve.
    Bises et bonne soirée

    24
    Dimanche 11 Juillet à 18:18
    Mireille.29

    Pour entreprendre le chemin c'est beaucoup plus sage de faire un sheck-up complet.

    Quel retour mouvementé surtout avec état de santé de JF .. si je comprends bien ta réponse à Lyly la plaie re-suinte.

    Douce soirée bisous.

      • Lundi 12 Juillet à 01:00

        Coucou Mireille, C'est sûr et c'est une chose qu'on ne sait pas car la marche est un sport qui parait simple lorsqu'on le pratique régulièrement mais, il peut cacher un problème physique insoupçonné et c'est ce qui va nous être révélé encore par la suite... ! Oui, la plaie resuinte de temps en temps depuis quelques semaines et JF va voir la dermato bientôt. Bonne nuit Mireille et GBizhous !

    23
    Samedi 10 Juillet à 18:19
    Bonsoir à tous les deux ah oui un si beau voyage gâché comme ça dur dur et ton mari ce fut la tuile eh bien pas facile quand on a des problèmes , les transports ??? Gros bisous beau weekend à tous les deux à++ prenez soin de vous deux ..
      • Lundi 12 Juillet à 00:56

        Coucou Bébert, Un voyage qui n'est pas fini et qui ne demande qu'à reprendre. Les embûches ne sont pas toujours insurmontables et l'espoir est encore là ! GBizhous !

    22
    Mercredi 7 Juillet à 16:08

    Je connaissais la fin de votre aventure mais sans les détails, cela a du être affreux d'abandonner une telle aventure pour cet abcès qui n'en était pas un , franchement a fallu qu'il te fasse quelques choses de rare, mais l'essentiel c'est qu'il a u être soigné et bien soigné.

    bises amicales a vous deux

     

      • Mercredi 7 Juillet à 17:15

        Coucou Lyly, Ce n'est pas tout à fait la fin puisqu'il y a encore deux articles après celui-là. C'est en effet une tumeur rare que les médecins brestois ne connaissaient pas, il a donc fallu envoyer le prélèvement chez les spécialistes à Strasbourg. JF a subi l'intervention et la suite ne fut pas drôle. On va savoir ce qu'il en est bientôt car cela suinte de nouveau presque 3 ans après l'intervention ! GBizhous Lyly !

    21
    JC
    Mercredi 7 Juillet à 10:13

    CC Claire et Jean François,

    J'avais eu en live un peu de récit mais en te lisant je découvre la galère que vous avez eu.

    Le chemin n'est pas un lieu d'égalité mais un lieu de fraternité.

    La chance qui m'a accompagnée tout au long de ce périple ne m'a pas fait oublié le destin des amis rencontrés mais m'a permis de marcher en communion avec eux.

    Je me souviens de ce paysage de landes qui était le mien le jour où vous étiez en route pour Bilbao et le retour. Je me suis dit ce jour là que c'était un signe qui nous rapprochait vu la proximité entre les landes bretonnes et les landes espagnoles.

    Bien que votre arrêt m'ait attristé la joie du chemin m'a vite rattrapé.

    Qu'il en soit ainsi pour vous après tous vos soucis.

    Je vous fais des bises en vous donnant rendez-vous au plus vite.

    JC

     

      • Mercredi 7 Juillet à 10:46

        Coucou Jean-Claude, Ton très gentil com me fait très plaisir ! En effet, tu nous avais suivi de loin puisque tu étais déjà rentré chez toi lorsque nous étions dans cette galère ! Nous en avons reparlé sans doute un peu lorsque l'on s'est revu chez nous. Tant mieux pour toi puisque tu n'as pas eu de problème de santé, ce qui t'a d'ailleurs permis de repartir faire le Chemin du Portugal ensuite ! C'est chouette ! Nous espérons toujours mais tu vas voir que les ennuis ne sont pas terminés. Il faut que les futurs pèlerins prennent conscience avec les expériences des précédents, qu'il est très important de partir en bonne santé ! Nous pensions l'être pourtant ! Sans doute vaudrait-il mieux faire un bilan avant de partir, pour éviter tout désagrément voire plus ! .. Le Chemin nous a fait nous connaître toi et nous.. le quotidien et les kilomètres nous éloignent .. mais il est sûr qu'il faut que l'on se retrouve ! Alors à très vite Jean-Claude ! Merci beaucoup et GBises de nous deux !

    20
    Mercredi 7 Juillet à 09:26
    Bonjour Claire-Cerise, Quel courage vous avez eu tous les deux. Boudiou, je crois que moi je me serais effondrée. Maintenant vous pouvez en plaisanter mais je suppose que sur le coup vous ne saviez plus à quel Saint vous vouer pour que les choses s'arrangent. Bisous charentais.
      • Mercredi 7 Juillet à 10:25

        Coucou Marie-Vague, On a soufflé lorsqu'on est enfin arrivé aux Urgences ! Mais bon, ce passage fait partie intégrante de notre Chemin, on ne peut l'occulter. Comme nous ne pourrons occulter la suite... ! C'est une expérience qu'il est bon de partager, pour sensibiliser les pèlerins. La santé est primordiale ! ... St Jacques au contraire était là pour nous aider à prendre la bonne décision. Comme il nous aidera ensuite à découvrir d'autres problèmes ! Les choses vont s'arranger, même si elles prennent leur temps. Il faut croire qu'il faut cela pour que l'on puisse finir notre périple. Et puis, la Covid et ses variants n'arrangent rien en ce moment ! GBizhous Marie !

    19
    NemoCZ
    Mardi 6 Juillet à 15:59

    Quelle aventure...quand tout s'en mêle ce doit être très stressant; le retour à la maison a dû être un sacré soulagement même si JF n'a pas trop eu le temps d'apprécié ! Les photos sont sympas en tout cas. Bises de J et C

      • Mardi 6 Juillet à 19:05

        Coucou Christian, Oui ce fut interminable en fait ! À chaque épisode on pouvait se dire que tout allait marcher après ... mais bon, c'est un concours de circonstances ! Le retour à la maison fut rassurant... d'avoir réalisé que nous étions isolés sur le Chemin dans ces conditions fut déterminant et pourtant... la suite ne sera pas mieux ! Merci Christian et Bizh à vous deux !

    18
    Mardi 6 Juillet à 15:01

    Bouh! !!! que dire de plus que ce qui a déjà été dit ? c'est une accumulation de problèmes qui aurait pu mettre en danger de plus fort la vie de ton mari. Le commentaire de Gilbert me fait penser aux seniors qui vont dans les thés dansants ou autres après midi dansantes, et quelquefois, l'un d'eux meurt en dansant....  BISES et ouf car on sait que ton mari s'en est bien tiré malgré tout. Bon après midi.

      • Mardi 6 Juillet à 18:55

        Coucou Elisabeth, Oui, quand les problèmes s'enchaînent à ce point, c'est forcément frustrant. Heureusement, JF ne faisait pas une septicémie car c'est évidemment cela qui nous a fait peur et qui nous a décidé à rentrer chez nous. Vu le voyage ensuite qui s'est éternisé, on pouvait regretter le Blablacar du début mais, nous étions sous la protection de l'Assistance ce qui était rassurant a priori. ...Gilbert en a vu sur ses Chemins et nous avons vu sur le nôtre des endroits où les familles de disparus avaient marqué d'une façon ou d'une autre le lieu où leurs proches s'étaient éteints ! Cela fait bizarre de voir cela ! Il ne faut pas partir sur le Chemin sans avoir l'accord médical, cela limite les risques même si ceux-ci peuvent être là quand-même ! JF va trouver par la suite bien plus ennuyeux encore. GBizhous Elisabeth !

    17
    Mardi 6 Juillet à 14:51
    elisa

    Oh Claire, je lisais et je souffrais pour vous. Pour ton mari surtout ! Mais quelle histoire.
    Bon, depuis les choses se sont arrangées pour JF et je lui souhaite rien que du bon et du beau.
    Bien-sûr, l'Espagne est toujours là pour vous accueillir et ce prochain voyage sera encore plus beau et surtout profitable.
    La vie nous réserve souvent de drôles de surprises !

      • Mardi 6 Juillet à 17:12

        Coucou Elisa, C'est vrai que l'accumulation des problèmes fait un peu peur. On ne s'attend forcément pas à avoir autant d'ennuis en si peu de temps et tout cela est arrivé tellement brutalement que même encore maintenant, nous en sommes encore surpris ! Les choses ne se sont pas vraiment arrangées par la suite mais au moment de mon récit, nous n'en savions rien encore. L'Espagne nous accueillera peut-être, si les mesures sanitaires ne sont pas trop strictes. Merci de ta compassion Elisa et Bizh finistérienne !

    16
    Mardi 6 Juillet à 11:16
    AmiGilbertAhuy

    Eh ben ! Quelle aventure quand même... j'ai connu ça aussi dans mes chemins de telles aventures douloureuses et abandons du Chemin pour bien des raisons ! Je reviendrai pour relire votre triste histoire, j'ai des courses à faire... mais, l'esssentiel c'est que tout ce soit bien terminé pour JF ! Il y a des fois, cela se termine bien plus mal... comme ce pèlerin qui s'est écroulé raide mort en passant le Col de Roncevaux...crise cardiaque, le jour même où j'étais passé dans cet endroit...on l'a appris le soir à l'Auberge ! 

    À plus...

    Gilbert

      • Mardi 6 Juillet à 14:26

        Coucou Gilbert, Ce n'est que partie remise et on l'a d'ailleurs tentée et je la raconte dans les deux articles suivants. C'est ainsi ! Nous aussi nous avons rencontré un monsieur qui, ne s'étant pas arrêté où il devait ce soir là, a fait un AVC ensuite. Et puis, il y a plusieurs pèlerins qui sont morts sur le Chemin. C'est une leçon... il ne faut pas croire que nous sommes invincibles ! Le  Chemin est une épreuve mais, il est aussi une source d'échanges et d'énergie et ça, c'est aussi important. L'expérience est enrichissante ! Mais attendons la fin avant d'en tirer les conclusions ! Merci Gilbert et Bizh finistérienne !

    15
    Mardi 6 Juillet à 10:24

    drôle de fin de chemin, et en plus un avion à problème!!! heureusement que tout à bien fini. gros bisous Claire. cathy

      • Mardi 6 Juillet à 13:23

        Coucou Cathy, on ne peut pas parler de fin... disons que c'était un arrêt dans notre progression vers St Jacques ! La suite n'est pas non plus réjouissante, je le dis d'avance, mais l'espoir de reprendre est toujours là ! Encore une fois, le Chemin est la vie avec ses joies et ses peines ! Merci Cathy et GBizhous !

    14
    Mardi 6 Juillet à 08:51

    Si ce n'était un problème de santé qui a conduit à ce rapatriement folklorique, ce serait assez drôle et pour qui a eu l'habitude de voyager (beaucoup), des histoires je pourrais en écrire un plein bouquin ... En attendant, vous êtes toujours dans les starting-blocks pour reprendre ce Camino qui ne veut pas.

      • Mardi 6 Juillet à 09:12

        Coucou Xtian, Comme tu dis.. si ce n'était un problème de santé, nous en ririons de ce retour.. mais un rire jaune qd-même ! Moi, je te conseille d'écrire un bouquin de toutes tes aventures, cela est amusant de raconter, c'est une bonne occupation et pour tes proches et tes lecteurs, ce serait chouette ! .. Quant au Chemin, il veut bien lui mais il y a toujours des éléments extérieurs qui viennent le perturber et nous avec ! GBizhous !

    13
    Mardi 6 Juillet à 08:18

    Oh la la, je viens de lire entièrement ton billet, et je suis affolée par tout ce que vous avez vécu ! Déjà le voyage à plusieurs épisodes pour rentrer chez vous et après les soucis de santé de J.F ! Vous vous en souviendrez de cet épisode de votre vie. Heureusement les problèmes de santé de ton homme se sont réglés, et vous avez pu repartir, ouf ... Allez, bisous, bisous.

      • Mardi 6 Juillet à 09:22

        Coucou Monique, Ce retour fut assez stressant surtout à cause de la fièvre de JF et du fait que notre retour était en urgence .. tous ces retards accumulés furent bien perturbants mais nous essayions de rester cool pour ne pas trop inquiéter nos proches. On s'en souviendra effectivement ! .. Les problèmes de santé de JF quant à eux, sont loin d'être réglés malheureusement ! GBizhous Monique !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :