• 922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

     

    C'était en 2018 ! 

    [Pour donner une idée de ce qu'est le Chemin aux futurs marcheurs !]

    La Suite.. 46 jours après le départ de Sainte Anne d'Auray (56) 

    898 - Suite1 de - Notre Chemin vers St Jacques, son récit et ses anecdotes - !  

     

    22 mai 2018 - Après un petit déjeuner au refuge de Saint-Palais en compagnie des bénévoles, nous partons commander des sandwichs au Café de la Poste et nous y laissons nos sacs à dos en dépôt pour aller faire réparer mes lunettes de soleil dont la vis d’une des branches a décidé de nous fausser compagnie. Nous complèterons notre petit déjeuner par un croissant et un pain au chocolat, avalés sur un banc, avant d’aller rechercher nos affaires et nos sandwichs et reprendre notre Chemin. Celui-ci a la mauvaise idée pour commencer cette nouvelle journée de marche, de nous imposer une belle montée spectaculaire dans un sentier qui monte vers un petit bois. Il est tellement pentu que nous n’aurons même pas le courage de sortir nos appareils pour le prendre en photo, c’est dire.

    En haut du chemin, photo du Net 

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Après la première partie de la montée à découvert, nous continuons sous un sous-bois qui débouchera dans un champ sur le Mont Saint Sauveur, au milieu duquel se trouvent trois grandes statues contemporaines de Christian Lapie. « Une œuvre de création profondément tournée vers l’avenir » pour changer du patrimoine ancien qui jalonne le bord du Chemin. Personnellement je n’aime pas du tout, mais c’est dans l’air du temps !

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Après cet arrêt, nous redescendons de l’autre côté au milieu d’un petit hameau au centre duquel se trouve la Stèle de Gibraltar, emplacement où se rejoignent les Chemins du Puy et de Tours.

     922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Nous attaquons une nouvelle montée empierrée et difficile qui nous mènera jusqu’à la petite Chapelle de Soyarza à côté de laquelle nous prendrons le temps de pique-niquer devant un panorama époustouflant !

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Au loin, nous avons enfin les Pyrénées en ligne de mire !

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Mais ce n’est pas encore l’heure de les atteindre alors nous reprenons notre marche tout en descente cette fois. Nous traverserons le hameau de Harambeltz, sa stèle et sa chapelle St Nicolas.

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    À Ostabat, où notre gîte nous attend, nous prenons notre boisson habituelle de fin de parcours et puis nous trouvons dans le village une petite épicerie où nous achèterons notre déjeuner du lendemain.

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Il y a là beaucoup de pèlerins qui montent vers leur gîte respectif. Le nôtre sera le dernier et le plus haut, tant qu’à faire, à 1km500 du bourg. C’est l’étape la plus éprouvante depuis le début les deux montées rencontrées ayant été longues et pentues, mais nous ne regretterons pas nos 18km290 d’effort car nous serons agréablement surpris à l’arrivée, tout comme l’aminaute Xtian (clic) qui s’y est arrêté aussi précédemment. Le gîte est une ferme immense et qui dit grand, dit beaucoup de pèlerins.

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Il y a là ce que l’on désire, soit une chambre individuelle, soit une chambre à plusieurs lits simples. Nous prendrons une chambre, sa salle d’eau/sanitaire et sa terrasse ! Toutes les chambres sont ainsi, en enfilade et au bout, il y a éventuellement une piscine pour qui veut. Les éclats de voix nous indiqueront qu’elle est opérationnelle ! 

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Après les douches, lessives et pause salvatrice, nous voilà à 19h dans la salle à manger. Il y a là une quarantaine de pèlerins dont un japonais de 74 ans, une Sud-coréenne, une brésilienne, un Sud-africain,  un américain et des français venus majoritairement par la Voie du Puy.

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-  922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    L’ambiance est assurée par le maître de maison, Bernard Eyharts, avec ses chants basques. Sa femme Lucie est aux fourneaux pendant que leur fille sert en salle. Et nous voilà tous à chanter pour accompagner notre hôte, et même à nous trémousser sur nos sièges. Vous trouverez un lien à la fin de l'article qui vous montrera comment Bernard chauffe la salle !! Le repas pèlerins sera bon et copieux et nous aurons du mal à quitter une ambiance pareille ! Mais l’appel du pèlerin sera le plus fort et nous retrouverons avec plaisir notre chambre et sa terrasse vue sur le soleil couchant ! À suivre...

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

     

    910 - Suite13 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

     

     Clic pour agrandir  

    922 - Suite23 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

    Cumul : après 47 jours de marche = 936km020

     

     Comment Bernard chauffe la salle !!

       https://www.youtube.com/watch?v=Q0br71T09DI  (clic)

     

    Claire-Cerise   

    910 - Suite13 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes- 

     

    « 921 - Suite22 : -Notre Chemin vers St Jacques de Compostelle à travers ses anecdotes-

  • Commentaires

    21
    Hier à 19:21

    Bonsoir Claire-Cerise,

    Tout comme toi ces grands monolithes c'est vraiment pas top mais c'est de l'art moderne ! J'apprends beaucoup de chose en te lisant, notamment qu'il y a plusieurs chemins de Compostelle et ça je ne le savais pas ! Je savais qu'il y avait le chemin du Puy en Velay-Saint Jean Pied de port mais j'ignorais celui que vous prenez. Par contre pour ce parcours le paysage est magnifique ! bise charentaise. marie

    20
    Mercredi 14 Avril à 17:58

    Coucou Claire te voilà en pays basques et j'ai bien ri en écoutant la chanson du maître de maison quel ambiance. Tu approches de Saint Jean Pied-de-Port 20km environs.

    Bise et comme on dit chez moi Adishatz.

      • Mercredi 14 Avril à 19:41

        Coucou Mireille, Oui, cette halte fut exceptionnelle ! Une organisation du tonnerre et une ambiance incroyable ! J'ai d'autres vidéos de cet instant qui sont toutes aussi drôles ! Oui, on approche de St JPP... nous y arrivons dans mon article prochain. Tu dois bien connaître tous ces coins ! Kenavo et GBizhous !

    19
    Jean Claude
    Mercredi 14 Avril à 15:58

    Evidemment j'ai dormi quelque jours avant vous dans ce gîte.

    c'est super sympa de lire votre récit et la montée après St Palais même moi je l'ai trouvé raide.

    j'ai aussi pique niqué auprès de la petite chapelle...

    en te lisant j'ai tellement envie de repartir...

    Adieu Covid et bises

      • Mercredi 14 Avril à 16:54

        Coucou Jean-Claude, De te lire ici me fait bien plaisir ! Tu as donc dormi toi aussi dans ce gîte où la bonne humeur règne ! C'est sûr que si nous avions été ensemble à cette étape, on aurait trouvé l'instant encore plus agréable et je pense que les fous rires auraient été au RDV ! Mais bon, il fallait que tu avances et tu as donc bien fait de nous devancer puisqu'il a fallu quant à nous, interrompe notre Chemin quelques jours plus loin ! Je vois que tu gardes de la montée après St Palais, le même souvenir que nous et de savoir que tu as pique-niqué au pied de la petite chapelle et dans ce cadre magnifique d'où l'on pouvait enfin apercevoir les Pyrénées, est amusant aussi ! Merci en tout cas de lire mon récit qui te donne envie de repartir, comme à nous d'ailleurs ! Comme tu le dis, vivement que la Covid s'éloigne mais voilà le variant mexicain qui pointe son nez.. quand ce cauchemar va-t-il s'arrêter !? GBizhous !

    18
    Georges
    Mardi 13 Avril à 20:15
    De superbes paysages !
    Il faudrait que j'y aille !
    (En voiture
      • Mardi 13 Avril à 22:27

        Coucou Georges, En voiture ? Que nenni, tu fais avec nous les 500 derniers km qui nous restent à faire !! hi hi !! Allez, le RDV est pris, on se retrouve là-bas ! GBizhous !

    17
    Mardi 13 Avril à 18:21

    Dis donc pas toujours facile ces chemins  pierreux   mais quel  réconfort avec de tels paysages sous le soleil vs n'avez pas eu trop de pluie jusque là ; et le soir bel ambiance autour du repas en effet le gite est sympa à ts point de vues

    A bientôt  Bises

    M@rtine

      • Mardi 13 Avril à 22:20

        Coucou M@rtine, Oui certains passages du Chemin sont plus difficiles que d'autres à cause de leur revêtement. Les cailloux, le sable et le goudron sont les 3 les plus pénibles. Mais bon, on avance vers l'inconnu avec curiosité et l'on oublie vite ce qui est derrière ! Le temps fut agréable pendant plusieurs jours mais nous allons retrouver pluie et même orage à peine arrivés en Espagne ! En revanche, les paysages deviennent de plus en plus beaux, en effet ! GBizhous ! 

    16
    Mardi 13 Avril à 18:15

    Eh ben nous y voilà... c'est là que nos chemins se rencontrent... et moi aussi j'ai passé une nuit dans ce Gîte à la ferme, qu'on a bien du mal à oublier... j'y avais passé une merveilleuse soirée, avec un accueil formidable et un repas gastronomique... qui fait beaucoup de bien à ses pauvres petits pèlerins harassés de fatigue... à l'arrivée, une bière bien fraîche, sans avoir rien demandé... et là, je me souviens d'une pérégrine qui avait un peu forcé sur la boisson et qui riait tout le temps, et un groupe de joyeux lurons tout autant... on a pas arrêté de rira pendant tout le repas, où j'ai mangé pour la première fois de ma vie une garbure... et pour moi c'était le Dimanche 26 Mai 2002... je me souviens aussi que le lendemain matin, le petit déjeuner était royal et, surprise... un casse-croûte pour la journée nous avait été offert par le patron...qui avait passé la soirée avec nous à table ! Départ le matin à 7h30 pour rejoindre St-Jean-Pied-de-Port, où nous sommes arrivés avec un ami pèlerin rencontré quelques jours avant dans un Gîte... lui, c'était sa dernière étape cette année-là. 

    Quand je vois toutes ces belles tablées... ça me rappelle tant de beaux souvenirs. Et le Monsieur debout, je ne sais pas si c'est le père que j'ai connu ou le fils... mais, il portait ce même béret noir sur la tête et avait le même embonpoint et la même joie de vivre ! 

    Gilbert

      • Mardi 13 Avril à 22:11

        Coucou Gilbert, Je suppose que tu attendais que j'en arrive à cet endroit, mais il y a d'autres gîtes aux alentours et le hasard a donc fait qu'entre toi, Xtian et nous deux, nous soyons logés à la même enseigne à des moments différents ! Tu parles de 2002, on en était encore loin JF et moi. Nous ne pouvions même pas encore imaginer que nous serions sur le Chemin un jour ! Je ne sais pas en quelle année Xtian était dans ce gîte ! En tout cas, nous en avons tous les 4 gardé un très bon souvenir. Je pense  que lorsque tu y étais, c'était déjà Bernard et son épouse qui étaient aux commandes ! Nous avons eu également le droit à la boisson bien fraiche à notre arrivée ! En revanche, j'avoue ne pas me souvenir du menu. Je demanderai à JF s'il s'en souvient. Le petit déjeuner était copieux mais nous n'avons pas eu le droit à un casse-croute à emporter, nous étions bien trop nombreux pour cela ! Cela fait plaisir de voir combien tu es toujours aussi enthousiaste de parler de tes souvenirs ! Merci Gilbert de ton témoignage ! Bizh finistérienne !

    15
    Mardi 13 Avril à 10:44

    il met l'ambiance le monsieur! quel paysages magnifiques, merci, je ne connais que "les coins à touristes" au pays Basque. gros bisous Claire. cathy

      • Mardi 13 Avril à 11:49

        Coucou Cathy, Ah ça, pour mettre de l'ambiance, il en met ! J'ai fait d'autres vidéos mais celle-ci montre bien ce qu'il en est ! Oui, le Pays-Basque demande a être visité plusieurs fois, il y a tellement à voir ! Nous, comme tu le sais, ce sont les Pyrénées Orientales que nous  aimerions connaître.. cela fait partie de nos projets, mais la Covid bouleverse tout en ce moment. Soyons patients ! GBizhous !

    14
    Mardi 13 Avril à 10:30

    On a les mêmes totems aux Sables au bord de l'océan et devant l'abbaye. Quelle ambiance pour les pélerins chez vos hôtes.  Bisous

      • Mardi 13 Avril à 11:44

        Coucou Martine, Exactement les mêmes totems ? Du même auteur ? Oui, il y avait une sacrée ambiance et je peux te dire qu'après la marche de ce jour-là, ce fut un moment exaltant à tout point de vue ! Cette famille d'hébergeants ont fait de cette ferme un lieu de détente superbe et bienvenu. Et, même si c'est pour eux devenu un revenu sûrement conséquent, il faut le faire !! C'est une sacrée organisation et ils ont dû sûrement galérer au début. Après, il faut encore tenir le rythme !! GBizhous !

    13
    Mardi 13 Avril à 09:59

    Bonjour d’Angers,
    Waouh ! … 47 jours … 936 km … C’est inhumain ! ...
    Bonne Journée ! … Amicalement … Claude …

      • Mardi 13 Avril à 11:36

        Coucou Claude, Pour les avoir parcourus, ce n'est pas inhumain du tout, suffit juste d'être en forme et un peu entraîné ! Toi qui aimes la marche, tu devrais essayer sur quelques portions !! GBizhous !

    12
    Mardi 13 Avril à 08:59

    La ferme Gaineko Etxea est un must sur les divers chemins qui traversent l'hexagone pour arriver à SJPP. La soirée avec les chants basques de Bernard Eyharts est un moment incroyable dont chacun se souviendra longtemps. J'ai pourtant lu sur un forum que cela n'avait pas plu à un grincheux !

      • Mardi 13 Avril à 09:56

        Coucou Xtian, Il y a toujours des grincheux mais tant pis pour eux, ils se gâchent le seul moment du Chemin où l'on peut se décontracter complètement. Il faut savoir s'adapter et le Chemin est là aussi pour ça ! En tout cas, malgré le monde qui fait que l'étape est un peu "impersonnelle" puisque l'"intimité" avec les hébergeants est inexistante... et encore, si l'on veut leur parler, il n'y a pas de problème, c'est une étape exceptionnelle et il faut la prendre comme un cadeau. Les grincheux n'ont qu'à apprendre à lâcher prise ! Merci Xtian de ton témoignage et GBizhous !

    11
    Mardi 13 Avril à 08:25

    Ah, quel plaisir de vous suivre sur le Camino, je me régale d'autant plus que le Pays Basque et moi, c'est une longue histoire d'amour !!! J'adore cette région. Et dis moi, il y avait de l'ambiance au gite !!! Plein de bisous à tous les deux et bonne journée.

      • Mardi 13 Avril à 09:45

        Coucou Monique, Bien contente que tu prennes plaisir à nous suivre ! Je me doute bien que le Pays-Basque est une région que tu aimes. Elle n'est pas bien loin de la tienne et donc tu dois en connaître presque tous les recoins j'imagine ! C'est un beau pays qui a ses traditions bien ancrées et jusqu'à l'habitat qui est particulier. Nous avons aimé traverser le PB, plus que lorsque nous sommes venus le visiter en CCar. Nous étions tombés pendant une période humide ! hi hi ! Oui l'ambiance au gîte fut un moment exceptionnel qui a fait du bien ! Bcp de pèlerins faisaient partie d'un groupe et se connaissaient. Dans ce cas, le Chemin peut être abordé différemment. Il faut savoir que ceux qui ne peuvent porter un sac, peuvent demander à ce que leurs affaires soient transportées d'un point à un autre, et cela tout le long du parcours. GBizhous à toi et belle journée aussi !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :